Coups de cœur BD #3

vieux fourneauxUn petit goût de noisetteL.10EBBN001995.N001_PrinGLACE_C_FRabaddon deux titres

Les vieux fourneaux (Wilfrid Lupano / Paul Cauuet, 2014 – Dargaud).

Six mois après l’excellent Ma Révérence (bande dessinée sortie en septembre 2013), Wilfrid Lupano revient avec Les Vieux Fourneaux, road-movie de trois septuagénaires,  qui ne sont jamais les derniers pour plaisanter et exprimer leur fort caractère. Quand l’un des trois part le fusil sous le bras pour assouvir une jalousie datant de longue date, les deux autres partent sur la route pour la Toscane. Drôle, attachante, cocasse et touchante, cette bande dessinée est synonyme d’enthousiasme et de lecture qui s’effectue d’une seule traite. En plus le dessin de Paul Cauuet est excellent. Un titre incontournable en ce début d’année !

Un petit goût de noisette (Vanyda, 2014 – Dargaud).

Avec ce recueil de nouvelles en bandes dessinées, Vanyda propose une collection d’histoires d’amour, de rencontres et d’occasions manquées avec beaucoup de tendresse. Chaque récit a droit à une couleur dominante, le dessin est très soigné et les personnages tous plus attachants les uns que les autres. L’originalité n’est peut-être pas ce qu’on retiendra de cette bande dessinée, l’auteur nous fait passer en tout cas un chouette moment de lecture.

La Princesse des Glaces (Léonie Bischoff & Olivier Bocquet – D’après le roman de Camilla Läckberg, 2014 – Casterman / Collection Univers d’auteurs).

Adapté du premier roman de la série de polars de Camilla Läckberg, La Princesse des Glaces suit Erica Falck, auteure de biographies, résidant dans une petite ville de la côte ouest suédoise. Elle découvre un jour le cadavre d’une de ses amies d’enfance, poignets tailladés, et corps immobilisé dans une baignoire gelée… N’ayant pas lu les romans d’origine, j’étais d’autant plus curieuse de découvrir cette version en bande dessinée. Le résultat est pour moi plutôt réussi. J’imagine que tous les détails n’ont pu être retranscrits, l’atmosphère qui se dégage captive et les personnages se révèlent attachants. Bref, un polar à lire, même en bande dessinée.

Abaddon (Koren Shadmi, 2013 – Ici Même).

Bande dessinée étrange et originale, Abaddon plonge le lecteur autant que son personnage principal dans un appartement où l’ apparent bon accueil va vite se transformer en enfermement. Cauchemar, folie, hallucination, machination, complot ? Beaucoup de question jalonnent à la lecture de ces deux tomes. L’israélien Koren Shadmi a en plus le talent d’un graphisme à la fois fascinant et angoissant. Un autre titre incontournable à dévorer et à ranger dans les inclassables !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s