Love in Vain : Robert Johnson 1911-1938 [Mezzo – J.M. Dupont] #1blog1bd

Love in Vain : Robert Johnson (1911-1938). Bande dessinée de Mezzo et J.M. Dupont. Glénat BD. 2014.

En échange de cette critique, j’ai eu la chance de recevoir la bande dessinée Love in Vain dans le cadre de « La BD fait son festival sur Priceminister« , une opération organisée par PriceMinister-Rakuten, et relayée par le blog My Little Discoveries.

Après avoir vu l’excellente exposition et assisté à l’une des conférences autour du « Démon du Blues » à Angoulême en janvier dernier, cette bande dessinée de Mezzo et J.M. Dupont était pour moi en tête de liste des ouvrages à découvrir. Consacrée à Robert Johnson, la bande dessinée revient sur ce bluesman, légende du genre, mort empoisonné à l’âge de 27 ans. Génie de la guitare, l’histoire raconte qu’il aurait vendu son âme au diable en échange de ces talents. Les rares photographies du musicien (il n’en existe que deux) entretiennent encore plus ce mythe d’artiste mystérieux, ayant laissé sa trace sur Terre uniquement par le biais de la musique. Nombreux sont les musiciens (en blues et rock) qui s’en sont depuis inspirés : les Rolling Stones, Jack White ou encore Eric Clapton. La bande dessinée dresse également un portrait de la communauté Noire des années 30. L’album raconte ainsi la courte vie de Robert Johnson, un récit magnifié par le dessin de Mezzo. Les planches exposées à Angoulême m’avait déjà convaincue, tourner les pages de cette bande dessinée confirme la qualité du graphisme avec un noir et blanc très sombre au trait épais et rond où fourmillent d’incroyables détails et expressions des visages. J’attribue à peine la note parfaite (18/20), il est dommage qu’un lexique n’ait pas été ajouté en fin de livre, avec la définition de termes plus spécifiques sur le monde du blues comme les juke joints, barrelhouses, hokum songs, ou encore les country suppers. Les paroles de sept morceaux de Robert Johnson ont été ajoutées en fin d’ouvrage (superbement illustrées là encore), accompagnées d’une traduction des textes : Come on in my Kitchen, Terraplane Blues, Cross Road Blues, Me and the Devil Blues, Love in Vain, Sweet Home Chicago et 32-20 Blues.

Love in vain planche 03Love in vain planche 02Love in vain planche 01

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s