I bought a zoo

Merci à Little Discoveries pour ce joli carnet qui me suit pendant mes journées au travail!

Un mois avant de quitter le journal pour de bon, tout a changé le temps d’une semaine. Un entretien, des tests, un accord et l’annonce du départ. Tout ça en deux jours. Comme quoi, rien ne peut jamais vraiment se prévoir à l’avance. Angoisser, se poser 1001 questions, angoisser à nouveau du vide qui devait arriver juste après. Et puis cet appel qui change tout. Je ne pratique pourtant pas mon métier (ça reste dans le cadre de mes études, les industries graphiques), je n’ai que 30 heures (dans un sens, c’est aussi une qualité, étant donné que je passe d’horaires du soir à ceux en journée), mais voilà, rien que le fait de changer de vie rend d’un seul coup le sourire.

Finis, les 90 km/jour avec un retour en pleine nuit, les insomnies, les embouteillages, la recherche d’une place de parking, cette ville si attractive mais si énervante quand il s’agit d’y travailler. Finis, les horaires en décalage, les week-ends à se morfondre au boulot alors que les copains-pines sont de sortie, les journées toute seule, les deux douches/deux tenues par jour parce que double journée. Fini, le placard grand bureau sans fenêtre où le travail était de l’ordre de l’inexistance depuis quelques semaines.

Bonjour, le nouveau job où on devient utile, les nouvelles rencontres, les 15 minutes pour s’y rendre, le retour chez soi au plus tard à 17h15, les week-ends dès le vendredi midi, les séances de cinéma à deux. Plus besoin de donner mon planning à tout le monde pour organiser diverses activités. Forcément, il y a quelques inconvénients. Laissez-moi réfléchir… le job, je ne ferais pas ça pendant longtemps, c’est manuel et répétitif, et je travaille seule (cela dit, j’adore bosser en autonomie, c’est donc un demi-inconvénient). Plus d’ordinateur (et plus d’internet bouhhhh)(en même temps mes journées sont tellement bien occupées que je n’aurais même pas le temps d’y aller). Quand j’ai un peu d’attente, j’ouvre mon petit carnet, et j’écris. Aucune idée quel va être mon avenir dans cette entreprise ou ailleurs, mais j’avais juste besoin d’un nouveau départ (bien sûr je n’ai pas acheté de zoo)

Pour tourner la page du journal et passer à autre chose, j’avais dans l’idée de clôturer ce blog et repartir sur autre chose de neuf (et occuper mon temps de chômage). J’ai changé d’avis, je reste avec celui-ci, d’autant plus que son titre convient plutôt bien à mon esprit du moment.

[Californie] San Francisco (4)

Nouvelle série de photos (c’est fou, même après avoir trié, j’en découvre toujours de nouvelles…), avec 1/ Nob Hill et vue sur l’Oakland bay Bridge et le Transamerica Pyramid (le bâtiment en pointe), 2/ Un wagon du Cable cars, 3/ Façade fleurie, 4/ Vue sur Alcatraz (que nous n’avons pas eu le temps de visiter), 5/ Petite ruelle, 6/ Un combi venu de l’Oregon, 7/ Rue typique de voitures stationnées. Quand elles le sont dans le sens de la descente, obligation de mettre les roues vers le trottoir, sous peine d’amende…, 8/ Longue rue dans le quartier italien de North Beach, 9/ Grimper, grimper…, 10/ Célèbre rue en lacets de Lombard Street dans le quartier de Russian Hill, 11/ Le San Francisco Chronicle, 12/ Milkshakes, arômes fraise et chocolat.