#FeminiBooks : Les Gros Mots, abécédaire joyeusement moderne du féminisme de Clarence Edgard-Rosa

Comme une suite logique à l’article dédié aux femmes et au féminisme à travers différents médias culturels, j’ai souhaité aller plus loin dans ma démarche en participant au fabuleux projet #FeminiBooks, organisé par Opalyne.

Tout au long de ce mois de novembre, un livre, un essai ou une bande dessinée sur le sujet est mis en avant chaque jour via Youtube et des articles de blogs. Je fais suite à la booktubeuse Mariette and Books qui a présenté L’héritage des Rois-Passeurs de Manon Fargetton et au blog Le vent dans les pages qui a proposé un article sur la thématique « De Sophie à Olivia, des petites filles désobéissantes en littérature jeunesse« . À mon tour de vous conseiller cet abécédaire écrit par Clarence Edgard-Rosa : Les Gros Mots, abécédaire joyeusement moderne du féminisme. Lire la suite

Publicités

Coups de cœur romans #1

une jolie fille comme ça vies multiples amory clay la fille du train broadway limited de cape et de mots

Une jolie fille comme ça d’Alfred Hayes (Gallimard, 2015).
Paru pour la première fois en 1958 aux États-Unis, « Une jolie fille comme ça » n’avait encore jamais été traduit en français. L’auteur a été surtout connu pour sa carrière de scénariste pour le cinéma. Il parle d’ailleurs de ce qu’il connaît le mieux dans ce roman en racontant l’histoire d’une rencontre entre un homme, scénariste, et une jeune actrice qui rêve de devenir célèbre. Lui, est marié, et elle, se sent complètement désemparée. C’est à ce moment précis qu’ils vont se rencontrer, au bord d’une plage, alors qu’elle plonge enivrée dans l’eau froide du Pacifique. En plus de ces deux personnages sans prénom, le récit parle surtout du monde impitoyable de Hollywood. Le livre fait énormément penser à un film noir dont le cynisme est présent à chaque détour de page. Et en même temps, il possède une classe incroyable. Le roman est court (160 pages), il se lit très vite, et tous les mots et phrases sont pesés et choisis avec beaucoup de soin. Il y a comme un équilibre dans l’écriture, c’est beau, élégant et laisse aussi un sentiment d’âpreté face à la cruauté de cette histoire. À lire absolument, en écoutant le morceau My Melancholy Baby d’Ella Fitzgerald.

Les vies multiples d’Amory Clay de William Boyd (Le Seuil, 2015).
Ce nouveau roman de William Boyd raconte l’histoire fictive d’une femme photographe, née en 1908, qui a traversé le XXe siècle avec plus d’un appareil photo accroché au cou. D’abord photographe de stars, elle est ensuite devenue photo-reporter pendant la seconde guerre mondiale. La photographie a toujours fait partie de sa vie mais les évènements historiques et personnels qu’elle a rencontrés ont dû la pousser à poser son appareil à plusieurs reprises. Le roman est illustré de photographies d’époque, légendées et en lien avec l’histoire. Amory Clay n’a pas existé mais les liens avec les photos judicieusement choisies sèment le doute. Le personnage d’Amory est une femme moderne, au caractère bien trempé. Elle n’a pas froid aux yeux -il le faut pour être photo-reporter- et se relève à chaque mésaventure. Les vies multiples d’Amory Clay est un livre dense (plus de 500 pages) dont le style romanesque nous embarque dans la vie d’une femme remarquable.

La fille du train de Paula Hawkins (Sonatine, 2015).
Effectuant le trajet deux fois par jour vers Londres, Rachel prend le train et aime observer une maison en particulier, ses occupants, l’activité qui se déploie devant ses yeux. Elle  imagine l’histoire de ce couple, en inventant même leurs prénoms. Mais le jour où la jeune femme est portée disparue, Rachel se demande si elle n’a pas été témoin d’une scène-clé peu de temps avant sa disparition. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de polar, celui-ci est plutôt réussi. Le personnage de Rachel est parfois bien horripilant mais j’ai bien aimé la rapidité à laquelle vont les évènements. Le découpage de l’écriture d’un chapitre raconté selon le point de vue d’un des trois personnages féminins (Rachel, Megan et Anna) apporte beaucoup dans cette énergie de lecture. Le tournage de l’adaptation au cinéma vient de se terminer, sa sortie est prévue pour la fin d’année. Rachel est interprétée par Emily Blunt, entourée de Rebecca Ferguson, Haley Bennett, Laura Prepon, Scott Evans et Justin Theroux.

Broadway Limited – Tome 1 : un dîner avec Cary Grant de Malika Ferdjoukh (L’École des Loisirs, 2015).
L’histoire se situe en 1948 au moment d’Halloween, à New York. Un jeune français vient d’arriver pour intégrer une école où il va étudier la musique et plus particulièrement le piano. Il se présente à la pension Giboulée où une chambre l’attend. On retrouve l’ambiance pleine d’ébullitions des Quatre Sœurs, une série de romans écrite par Malika Ferdjoukh. Jocelyn est ici entouré de danseuses, chanteuses, comédiennes… Elles vont lui faire découvrir ce monde magique de la scène, le jazz aussi, les pizzas, et cette incroyable atmosphère de la ville qui ne dort jamais. 1948, la guerre vient de se terminer, c’est le début de la guerre froide, et notamment du maccarthysme : cette traque du communisme qui a notamment bouleversé bon nombre d’artistes. Il y a aussi de nombreuses célébrités citées, que les personnages vont croiser, rencontrer ou voir sur scène : de Fred Astaire au jeune Woody Allen âgé de 13 ans, Grace Kelly, Vincente Minnelli, Clark Gable, Sarah Vaughan, et bien d’autres… Pas besoin d’être passionné par la danse ou le théâtre, le récit repose énormément sur ses personnages, et leurs affinités. Pas besoin non plus d’être ado pour le lire, c’est un livre qui est destiné à tous les âges, dès 14 ans. Chaque titre de chapitre correspond à un morceau musical, principalement du jazz, et aussi des extraits de livrets de comédies musicales. La couverture est illustrée d’une image du film The Band Wagon (Tous en scène en français) de Vincente Minnelli sorti en 1953.

De cape et de mots de Flore Vesco (Didier Jeunesse, 2015).
Ce roman ado raconte l’histoire de Serine qui rejoint la Cour pour être demoiselle de compagnie auprès de la Reine. Partie de chez elle parce qu’elle refuse de se marier, elle ne ressemble pas aux autres courtisanes. Elle va vite découvrir l’hypocrisie des gens de la cour, les rumeurs, les complots… et va s’amuser à jouer avec les mots afin de contredire une Reine capricieuse et tyrannique, pour déjouer ses manigances. C’est n livre pleine d’inventivité et très drôle. Le ton est décalé, et le vocabulaire très riche, voire complètement fabriqué (comme les termes esperlune ou litrejole). Le roman peut être assimiler à un roman historique dont le récit se situe dans un royaume imaginaire où les vaches amusent la cour et où on apprend une centaine de façons d’ôter la coquille d’un escargot. Le personnage de Serine n’a peur de rien, est attachante et loin d’être naïve, et en même temps, prend parfois de mauvaises décisions. De Cape et de mots est un premier roman d’aventure loufoque et plein d’imagination, à mettre entre toutes les mains.

Coups de cœur BD #7

l'été diabolik traquemage vive la marée
Il était une fois dans l'est la favorite Murderabilia

 L’Été Diabolik de Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse (Dargaud, 2016).
Trois ans après Souvenirs de l’empire de l’atome, les deux auteurs T. Smolderen et A. Clérisse sont de retour avec L’Été Diabolik, une bande dessinée dont le récit se situe dans les années 60. Si l’ouvrage est si réussi, c’est grâce à ses couleurs psychédéliques, pêchues et inattendues, et son histoire racontée par un adolescent. Au cours d’un été, les évènements se sont enchaînés, sans lien apparent : un match de tennis qui tourne mal, un accident de voiture, une première expérience sexuelle, une jeune femme apeurée et un père étrange. Une BD vive et très plaisante, à découvrir ! L’illustrateur Alexandre Clérisse sera présent à Pulp festival pour Exquises esquisses.

Traquemage – Tome 1 : Le serment des Pécadous de Wilfrid Lupano et Relom (Delcourt – Terres de légendes, 2015).
Sympathique premier tome de la part de Lupano (Ma Révérence, Les Vieux Fourneaux), Traquemage raconte l’histoire d’un éleveur de brebis qui en a ras la casquette des combats entre les mages. Quand son troupeau se fait exterminer dans une énième bataille -seule la brebis Myrtille en réchappera-, il décide d’aller à la poursuite de ces mages. Plaisant, décalé, et sans prise de tête.

Vive la marée ! de  David Prudhomme et Pascal Rabaté (Futuropolis, 2015).
Vive la marée ! est un condensé de chroniques familiales de vacanciers qui passent leurs congés au bord de la mer. Les situations et personnages font sourire, toutes sortes de profils sont montrés : les corps, les conversations… Pour ma part, la vie à la plage, même pour quelques jours, me fait toujours autant fuir !

Il était une fois dans l’est (tome 1) de Julie Birmant et Clément Oubrerie (Dargaud, 2015).
Ce premier tome d’Il était une fois dans l’Est revient sur l’histoire de la danseuse américaine Isadora Duncan. Née en 1977, la bande dessinée raconte par le biais de flashbacks son enfance, et le rapide succès qu’elle connu grâce à sa danse spontanée et nouvelle. Situé en URSS, le récit parle aussi de son union avec le poète russe Serge Essenine. Hâte de lire le second tome. Un film consacré à Isadora Duncan est aussi en cours de production, avec Lily-Rose Melody Depp dans le rôle de la danseuse (Elle Fanning était initialement prévue pour ce rôle).

La Favorite de Matthias Lehmann (Actes Sud, 2015).
Des années 1930 aux années 2000, La Favorite raconte l’histoire d’une grand-mère autoritaire et tyrannique s’occupa de Constance devenue orpheline. Ne pouvant même pas sortir de chez elle, Constance s’invente mille et un mondes pour s’évader et tenter d’aller de l’avant. La Favorite une bande dessinée très sombre qui parle surtout de la notion du soi en tant qu’individu. Un ouvrage troublant et marquant.

Murderabilia d’Àlvaro Ortiz (Rackham, 2015).
L’auteur espagnol s’intéresse dans cet ouvrage à d’étranges collections : celles de rassembler des objets liés à des tueurs en série ou des meurtres. Malgré un sujet plutôt glauque, le récit se révèle amusant et vraiment étonnant, à découvrir.

Maggy Garrison (2 tomes) de Lewis Trondheim et Stéphane Oiry (Dupuis, 2014-2015).Maggy Garrison est une sympathique nouvelle série (qui en est déjà à 2 tomes), de la part de Trondheim et Oiry. Maggy cherche du travail depuis deux ans, elle finit par trouver un poste de secrétaire dans l’agence d’un détective privé alcoolique et paumé. Toujours à l’affût de se faire de l’argent, elle en profite pour résoudre des petites affaires que son patron a laissé de côté. la situation va être sensiblement bousculée quand il se fait fait tabasser et qu’elle remarque être suivie par un type louche. Mélange de chronique sociale et de polar, j’ai surtout apprécié cette série pour son ton cynique et sombre. Le personnage de Maggy est aussi quelqu’un qui a langue bien pendue, elle ne se laisse pas manipuler, du moment qu’elle trouve toujours le temps pour boire ses pintes tranquillement dans un pub (son favori : celui du quartier de Kilburn).

Coups de cœur BD #6

route 78 le divin la main heureuse emmett till le grand méchant renard

Route 78 d’Éric Cartier et Audrey Alwett (Delcourt, 2015).
Invitation au voyage vers les États-Unis, l’auteur Éric Cartier et sa compagne ont fait ce voyage en 1978 à l’âge de 20 ans. Arrivés à New York, ils ont traversé le pays d’est en ouest, comme les beatniks de Kerouac, et en stop. Sachant que dans certains états, l’auto-stop est interdit, les situations sont parfois assez épiques. Ils ont rencontré d’étonnants personnages, des gens adorables, d’autres moins, des farfelus, des musiciens, et des Combi aussi. Le récit est riche en aventures et en rencontres, l’auteur réussit à dresser un portrait de l’Amérique de la fin des années 70, sans tomber dans le cliché de la carte postale. Et finalement, peu importe que ce soit une histoire vraie, on est transporté dans le récit, à bord de tous un tas de véhicules, c’est plein de vie et la bande dessinée reflète bien l’émotion d’une époque. À noter que les auteurs ont égrené de nombreux dialogues en anglais, permettant une plus grande immersion dans ce road-trip.

Le Divin des frères Hanuka et Boaz Lavie (Dargaud, 2015).
Partis d’une photographie d’Apichart Weerawong des frères Htoo, les auteurs ont imaginé ce récit du Divin, en y intégrant des éléments surnaturels, une légende qui a suivi les jumeaux Johnny et Luther Htoo suite à une prise d’otages en 2000 dont ils étaient les auteurs. Étrangement magnifique qualifie très bien cette bande dessinée, un ouvrage qui m’a surtout fascinée par ses couleurs et son graphisme. Mêlant à la fois l’espionnage, l’action et le fantastique, Le Divin est une bande dessinée qui vaut le détour.

La Main Heureuse de Frantz Duchazeau (Casterman, collection Professeur Cyclope, 2015).
Deux adolescents, Frantz et Mike, sont tous deux de grands fans de manu Chao. Un concert est annoncé à Bordeaux, peu importe s’ils n’ont qu’une mobylette pour s’y rendre, à 100 kilomètres de chez eux : ils vont réaliser leur rêve : assister à un concert de Manu Chao. Sympathique road-trip là encore avec ces deux ados prêts à tout pour ce concert. D’ennuis mécaniques, en rencontres, il y a en plus comme une ambiance mystique qui plane dans cette bande dessinée. À découvrir !

Emmett Till d’Arnaud Floc’h (Sarbacane, 2015).
S’inspirant d’une tragique histoire vraie, Emmett Till arrive tout juste du nord (de Chicago) dans cette petite bourgade du sud où les mœurs n’ont pas beaucoup évolué. Enjoué et plein de vie, il n’a pas la langue dans sa poche et va jusqu’à entrer dans une épicerie interdite aux Noirs. Le récit revient sur le terrible sort qui l’attend tout en revenant sur le fait que les coupables n’ont jamais été punis.

Le Grand Méchant Renard de Benjamin Renner (Delcourt, 2015).
Et je termine ce billet par un gros coup de cœur. Le grand méchant renard possède deux niveaux de lecture, pour les plus jeunes et pour les adultes (surtout les adultes en fait), et on ne peut pas dire qu’il soit ni grand ni méchant, loin de là. Quel est son but dans la vie alors ? Voler et manger des poules, être le roi du poulailler quoi. Pas facile avec ces poules caractérielles qui l’envoient promener, et les autres animaux qui se moquent ouvertement de lui. Il a alors une idée : voler des œufs, les élever, pour ensuite les manger. Je vous laisse le loisir de découvrir la suite… Très plaisant, drôle, à lire absolument !

Coups de cœur BD #5

Ogres-dieux cover mon ami dahmer CE N'EST PAS TOI QUE J'ATTENDAIS C1 OK.indd lune est blanche

Les Ogres-Dieux : « Petit » d’Hubert et de Bertrand Gatignol. Soleil. Décembre 2014.
Grand coup de cœur pour « Petit » : « Les Ogres-Dieux » est une bande-dessinée qui plonge le lecteur dans un monde de géants. Conte pour adultes, je me suis complètement laissée porter par son fabuleux graphisme en noir et blanc, et un scénario qui m’a donné l’illusion d’être dans un film fantastique et d’aventure. Un conte pour les grands, à lire absolument!

Mon Ami Dahmer de Derf Backderf. Publié à sa sortie aux éditions Ça et Là. Ici : parution en poche chez Points. Janvier 2015 (version poche).
Vous rêvez de découvrir comment s’est façonné l’un des plus célèbres tueurs en série américains ? Récompensé par le Prix du Polar Sncf en 2014, Mon Ami Dahmer revient sur la scolarité du tueur en série Jeffrey Dahmer qu a partagé les bancs d’école avec l’auteur de cette bande dessinée. Dessinateur, ce dernier a repris ses notes de l’époque, des agendas que tenait sa mère, ainsi que le dossier du FBI qui comprend près de 10 000 documents (et qui est tombé dans le domaine public). Histoire glauque mais fascinante, et brillamment mise en scène par Derf Backderf.

Ce n’est pas toi que j’attendais de Fabien Toulmé. Delcourt. Octobre 2014.
Fabien Toulmé signe ici une bande dessinée autobiographique où il raconte l’arrivée de son second enfant, porteur du handicap de la trisomie. L’album est très touchant, entre l’effroi de cette découverte après la naissance, la colère, le refus de pouvoir aimer, vient l’acceptation et l’amour avec un grand A envers sa petite fille.

La lune est blanche de François et Emmanuel Lepage. Futuropolis. Octobre 2014.
Avant d’assister à une conférence autour la bande dessinée de reportage à Angoulême avec Emmanuel Lepage, j’avais déjà très envie de lire cette Lune est blanche. J’attendais le bon moment pour m’immerger dans leur périple à lui, son frère et l’équipage de l’IPEV (Institut Polaire Paul-Emile Victor). En plus des dessins d’Emmanuel, le récit de cette bande dessinée est complété par les photographies de François Lepage. Le résultat est incroyable, semblable à la magie d’un autre monde, d’une autre planète. D’une lune blanche. Beaucoup de références m’ont beaucoup plu dans cet ouvrage, La Nuit des Temps de Barjavel (l’un des romans qui m’a le plus marquée au collège. Avec 1984). Star Wars aussi (page 184). Roméo et Juliette (page 74). Les récits des premiers aventuriers à avoir posé le pied sur ce sixième continent. Et puis cette phrase qui me plait tant : « Je suis toujours fasciné par les destinées de ces gens qui courent après leurs rêves. » (page 197). À lire absolument !

Pour info, je participe de manière régulière avec deux amies à l’émission de radio Esperluette sur JetFM. La dernière émission était consacrée à Angoulême avec un retour sur le festival, nos impressions, et des sons glanés ça et là. La seconde heure d’émission est dédiée à des chroniques, où cette fois-ci nous nous sommes intéressés à une thématique autour des chiffres. Le lien mp3 de l’émission est en gras tout en bas de cette page.