Autel California – Face A : Treat Me Nice [Nine Antico]

Autel California  Face A  Treat Me Nice Nine AnticoSélectionné au prochain festival de la bande dessinée d’Angoulème, ce premier tome d’Autel California de Nine Antico se lit en écoutant la playlist qu’elle a distillée au fil des pages. Je me suis amusée à réunir tous les titres dans une playlist sur le site Grooveshark (site qui a fermé depuis la mise en ligne de cet article). Même sans lire la bande dessinée, il est toujours agréable de réécouter ces morceaux des années 50-60.

En hommage à Pamela Des Barres, l’une des plus célèbres groupies de ces années Elvis Presley / Beatles, Nine Antico nous propose de suivre Bouclette, une adolescente d’à peine 18 ans, fascinée par la scène musicale et les rock stars de l’époque, entre nouvelles rencontres, célèbres ou non, concerts et virées psychédéliques de Los Angeles à San Francisco. L’auteur répond bien à son sujet de départ, parfois trop, les éléments historiques prenant parfois un peu trop le pas sur l’intrigue. Malgré cela, la bande dessinée m’a transportée dans une autre époque de la première à la dernière page, et m’a aussi rappelée des souvenirs de voyage.

Autel California – Face A : Treat Me Nice de Nine Antico.
L’Association. Septembre 2014. 191 pages. 19 €.

 Autel California  Face A  Treat Me Nice Nine Antico 2Autel California  Face A  Treat Me Nice Nine Antico 3 Autel California  Face A  Treat Me Nice Nine Antico 1

Coups de cœur BD #4

fun home l'arabe du futur rock & stone Vertiges de Quito saga 1-3 saga 2 saga 3

Fun Home. D’Alison Bechdel. Éditions Denoël. Octobre 2013.

Fun Home représente ici l’abréviation de Funeral Home, une maison funéraire où a grandi l’auteure. La bande dessinée est le récit autobiographique d’Alison Bechdel qui revient sur son enfance, et la relation difficile qu’elle a eu avec son père. L’ouvrage a aussi permis à l’auteur de découvrir qui était ce père si distant, en portant un nouveau regard sur l’éducation autoritaire qu’elle a reçue et sa famille suite à la mort de père. De nombreuses références sont parsemées au cours des pages notamment en littérature (Proust, Joyce, Fitzgerald…), et la thématique de l’homosexualité est au centre du récit. Le graphisme est en noir et blanc avec des aplats gris-bleuté, les dessins sont détaillés et l’écriture est dense. Depuis sa parution en 2006, la bande dessinée a été adaptée à Broadway, avec une comédie musicale qui sera à nouveau sur les planches en 2015.

L’Arabe du Futur, une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984). De Riad Sattouf. Éditions Allary. Mai 2014.

Prévu pour être publié en 3 tomes, L’Arabe du Futur revient dans ce premier ouvrage sur les premières années de l’auteur. Né en France, il va suivre ses parents en Libye puis en Syrie, son père étant professeur et adepte du panarabisme (mouvement cherchant à tirer les peuples arabes de l’ignorance grâce aux vertus de l’éducation). Ce premier tome met surtout en valeur la figure paternelle, dont l’intelligence lui a permis d’étudier en France. Il a aussi un côté bien farfelu, ajoutant du piment à leur vie quotidienne, et beaucoup d’humour. Vivement la suite, qui je l’espère mettra plus en lumière le personnage de la mère, très effacée jusque là.

Rock & Stone. Auteur : Nicolas Jean. Illustrateur : Yann Valeani. Éditions Delcourt. Janvier 2014.

Première partie d’un diptyque qui s’achèvera en 2015, Rock & Stone est une bande dessinée également destinée au public jeunesse. Le récit se situe en 2215 sur une planète minière où les rares survivants essaient d’échapper à l’intelligence artificielle qui a pris le contrôle de leur monde. Stan est un garçon qui vit tout seul, et qui va rencontrer un robot qui n’obéit pas à l’IA. Chouette première partie qui fait penser à de nombreux livres ou films sur cette thématique de science-fiction, la lecture n’en est pas moins désagréable et donne vraiment envie de connaître la seconde partie.

Vertiges de Quito. Didier Tronchet. Futuropolis. Août 2014.

Plus qu’un carnet de voyage, Didier Tronchet raconte ici le quotidien qu’ils ont vécu, lui et sa famille, pendant les 3 années qu’ils ont passées en Amérique latine, les personnes qu’ils ont rencontrées, leur immersion dans cette rue qu’il décrit pendant le premier chapitre. Il a le don de magnifier des anecdotes, avec humour, et un certain sens de l’observation. Aussi pour exorciser certains drames qu’il a croisés. Le graphisme est très coloré, les traits sont pour la plupart très fins, d’autres sont plus grossiers. Les teintes vives et lumineuses rendent la lecture très agréable, et donnent aussi des envies de voyage. Cette bande dessinée permet aussi de découvrir un pays peu connu qui est l’Équateur.

Saga (tome 1 à 3). Brian K. Vaughan & Fiona Staples. Urban Comics. 2013 – 2014.

Trois tomes sont déjà parus pour cette série de comics dont le récit se situe sur la planète Clivage. Alana et Marko sont originaires de deux peuples différents, deux peuples en guerre depuis bien longtemps. Tombés amoureux l’un de l’autre, une petite fille Hazel va naître de cette union. Serait-elle le symbole d’espoir de paix ? Saga propose un chouette univers, original et riche en personnages tous plus atypiques et attachants les uns que les autres. Beaucoup aimé cette aventure entre deux planètes en conflit où même l’humour y trouve sa place. À lire en attendant le 4e tome…